Saison 2018-19 au Wiener Staatsoper

Chaque soir un opéra depuis 150 ans

Wiener Staatsoper de nuit © Axel Zeininger
22 avril 2018 : L'Opéra de Vienne fête ses 150 ans et met clairement l'accent sur les 19e, 20e et 21e siècles pour les 6 nouvelles productions de 2018-19
A l'affiche : Les Troyens de Berlioz, Die Weiden de Johannes Maria Staud sur un livret de Durs Grünbein, Orest de Manfred Trojahn, Lucia di Lammermoor de Donizetti et Otello de Verdi. 

Le point culminant de la saison sera La Femme sans ombre de Richard Strauss pour le 150ème anniversaire du Staatsoper le 25 mai 2019. L’opéra voyagera dans les théâtres lyriques de Vienne et d’Autriche.
Vincent Huguet, dernier assistant de Patrice Chereau, se voit confier la mise en scène. Une distribution de haut niveau regroupant Nina Stemme, Camilla Nylund, Evelyn Herlitzius, Stephen Gould et Wolfgang Koch. 

Luisa Miller de Verdi au Metropolitan Opera

Coup de coeur !

Plácido Domingo et Sonya Yoncheva ©Chris Lee / Met 

15 avril 2018 : Une belle soirée de retransmission d’opéra comme on les aime : le génie de Verdi, des voix de caractère, une tragédie déchirante sur l’amour paternel, un père et sa fille désarmés et désarmant dans un monde hostile, un opéra aux vertus authentiques, vocalement et musicalement.

Luisa Miller, opéra rarement joué, recèle de mélodies passionnées et d’admirables moments de lyrisme. Un 1er acte belcantiste avec ses airs bondissantes, un 2ème qui s’assombrit avec le plaidoyer de Luisa et le duo pour deux basses (Alexander Vonogradov et Dmitry Belosselskiy). Dans l’acte final digne d’un Otello avant l’heure, Verdi soigne les derniers duos père-fille et amants dans une explosion émotionnelle qui nous laisse totalement désarmés…et enchantés. 

Plácido Domingo, Sonya Yoncheva, Piotr Beczala, les voix ont régné en maître répondant aux exigences des rôles avec grâce et émotion, une première fois pour chacun.

Benvenuto Cellini de Berlioz à Bastille

Hauts les chœurs !

©Agathe Poupeney / OnP
5 avril 2018: Ce Benvenuto Cellini dans la version Terry Gilliam qui sillonne l’Europe depuis quelques années arrive enfin à l'Opéra de Paris. La mise en scène extravagante du très inventif cinéaste, ex-Monty Python iconoclaste, séduit et amuse. 

Une production pleine de fantaisie, de couleurs et de mouvements de scène sans que jamais on ne perde le fil de l’intrigue campée autour d’un Mardi Gras. Entre pluie de confettis déversés dès l’ouverture dans l’immensité de Bastille et paillettes multicolores qui se déposent sur nos vêtements en final, solistes, choristes, jongleurs et acrobates s’invitent dans cette folie théâtrale jubilatoire. 

Hector Berlioz s’inspire de la vie de cet orfèvre-sculpteur de la Renaissance pour composer son 1er opéra : le Florentin accéda à la renommée en dévoilant sa structure monumentale - Persée tenant la tête de Méduse – réalisée pour son Mécène de Médicis. Benvenuto Cellini fut un échec retentissant dès sa première représentation à l’Opéra de Paris en 1838, suivi d’une éclipse de cette scène jusqu’au début du XXème siècle.

Saison 2018-19 au Royal Opera House

Exciting season & All-star cast

3 avril 2018: Après Munich, Londres annonce la saison 2018-19. 
Le programme du Royal Opera House affiche cinq nouvelles productions et débutera en septembre par le Ring de Wagner dans la mise en scène de Keith Warner sous la direction d’Antonio Pappano.

"Un mélange irrésistible de très grands chanteurs internationaux et britanniques, de nouvelles productions passionnantes et de reprises du répertoire" selon Oliver Mears, son nouveau Directeur de 38 ans, le plus jeune de toute l’histoire de Covent Garden.

De belles distributions conviant biggest opera stars in the world : Plácido Domingo, Anna Netrebko, Jonas Kaufmann, Ludovic Tézier, Erwin Schrott, Diana Damrau, Ermonela Jaho, Michael Fabiano et Eva-Maria Westbroek.
Dernière reprise du Ring en quatre cycles complets avec son casting de Wagnériens: John Lundgren, Nina Stemme, Stuart Skelton, Emily Magee et Sarah Connolly.

Saison 2018-19 au Bayerische Staatsoper

200 ans sans éclipse

18 mars 2018 : A l’heure du brunch dominical, le Bayerische Staatsoper vient d’annoncer la saison 2018-19. Ce sont 8 nouvelles productions qui ont été présentées aux invités bavarois et sur Staastoper.TV par Nikolaus Bachler, Directeur Général, et Kirill Petrenko, Directeur musical.

Munich, place lyrique des plus vivantes où il fait bon aller entendre le lustre musical des grandes voix et découvrir son esprit aventureux en matière théâtrale. En 2018, le Bayerische Staatsoper célèbre un double anniversaire : le Nationaltheater a été construit il y a 200 ans et il y a 100 ans qu’il fut transféré par le Monarque à la jeune République de Bavière.
Objet de discussions régulières, aimé ou détesté, le BSO diffusera divers événements spéciaux et projets en cette année anniversaire, sous le titre Loved and hate

Saison 2018-19 au Metropolitan Opera

L’abonnement premières loges est ouvert

25 février 2018 : Chaque année, les fidèles de ces retransmissions découvrent le programme de la nouvelle saison Live HD avec beaucoup d’enthousiasme, le Metropolitan Opera élisant nouvelles productions et plus grandes stars.
Sur les 29 opéras de la saison, les 4 nouvelles productions et 4 opéras en français sont au programme.   

Après plusieurs saisons d’absence, Jonas Kaufmann revient en bandit du Golden West et Juan Diego Flórez chante Alfredo Germont pour la première fois. 
Anna Netrebko chante Aïda (après sa prise de rôle à Salzbourg en 2017) puis Adriana Lecouvreur dans l’élégante production londonienne de David McVicar. 
La Tétralogie de Wagner dirigée par Philippe Jordan, la production de Robert Lepage. Yannick Nézet-Séguin succède à James Levine à la Direction musicale du Met.

Mais aussi Roberto Alagna, Elina Garanca, Diana Damrau, Piotr Beczala, Anita Rachvelishvili, Clémentine Margaine, Pretty Yende,...


Le rajeunissement est en marche à l'opéra

Opéra Garnier © Chan Richie

22 février 2018: Cette semaine, The New-York Times pointait "l’improbable révolution jeune à l’Opéra de Paris". 


Rendre possible l’ouverture et l’accessibilité à l’opéra, Stéphane Lissner s’y emploie pour la 4ème année consécutive. Avec des avant-premières à 10€ pour les moins de 28 ans et une réduction de 40% pour les trentenaires, c’est 95 000 nouveaux venus, soit 10% des billets vendus. 

Les actions entreprises pour rajeunir le public se poursuivent. En 1980, l’âge moyen du public était de 65 ans, il est de 45 ans en 2017. Mais Paris n'est pas seul : 39% des réservations au Royal Opera House de Londres ont désormais 40 ans ou moins. En comparaison, il est de 58 ans au Met de New-York et 54 ans au Staatsoper de Berlin. 


Italienisches Liederbuch à la Philharmonie de Paris

Petits instantanés de la vie amoureuse

17 février 2018 : Les nombreux bouquets et cadeaux offerts à Diana Damrau et Jonas Kaufmann à la fin du concert expriment le respect, la reconnaissance et l’admiration voués par le public à ce duo vocal de grande qualité. 
Italienisches Liederbuch, deux voix, un piano et 46 courtes pièces dédiées à l’expression amoureuse. En nous promenant dans les labyrinthes de la vie à deux, Hugo Wolf souligne les mille manières dont les atomes amoureux entrent, sans cesse, en collision.

Hommes et femmes se confrontent un jour à la face sombre des beaux sentiments mais ne se comportent de la même façon. A lui, les sérénades charmeuses, la ruse et l’indifférence hargneuse. A elle, les bouderies, l’ironie et le dépit. Sentiments doux-amers, jalousie, fâcheries, pour mieux se retrouver et s’aimer.
Avec délicatesse, les deux artistes nous invitent à écouter la musique de ces expériences authentiquement humaines. Ils portent le texte, avec chair et sensibilité. Tous deux excellent dans l’art de la suggestion, de l’expression du sentiment évoqué par le poème, de la diction accomplie. Un récital de charme par un duo vocal réuni pour la première fois en concert, soutenu par l’excellent piano d’Helmut Deutsch.

Saison 2018-19 à l'Opéra de Paris

Audace et tradition

30 janvier 2018 : L’Opéra de Paris annonce 19 titres dont 7 nouvelles productions pour la saison 2018-19. De nouvelles sources d’exaltation pour tout amateur d’opéra et un enthousiasme renouvelé pour l’institution parisienne depuis la prise de fonction de Stéphane Lissner. Il avait promis "les plus grands chanteurs, les plus grands musiciens, les plus grands metteurs en scène", promesse tenue. Le seul bémol revient peut-être à "l’audace" théâtrale de certaines figures de la mise en scène, appréciée de façon mitigée par le public. De belles surprises et débats en perspectives !

Ouverture de la saison avec Tristan et Isolde selon Peter Sellars et Bill Viola. Les nouvelles productions sont confiées aux audacieux : Claus Guth pour la création mondiale de Bérénice de Jarrell, la monumentale fresque de Meyerbeer Les Huguenots à redécouvrir dans la vision d’Andreas Kriegenburg, le sulfureux Calixto Beito pour Simon Boccanegra, Dmitri Tcherniakov pour Les Troyens, Romeo Castelluci pour Il Primo Omicidio de Scarlatti, Krzysztof Warlikowski pour Lady Macbeth de Mzensk et Ivo Van Hove pour Don Giovanni