Le Chant de la Terre - Jonas Kaufmann au TCE

"J’ai tant envie, ami, à tes côtés, de partager la beauté de ce soir." Gustav Mahler


24 juin 2016: C'était le concert le plus attendu de cette fin de saison. Un mois après Les Wesendonck Lieder de Richard Wagner, Jonas Kaufmann interprète Le Chant de la Terre de Gustav Mahler au Théâtre des Champs-Elysées, accompagné par l'Orchestre Philharmonique de Vienne.
Cette "symphonie avec voix" marque un retour à la vie du compositeur après une série de drames personnels. L’année 1907 fut marquée par trois événements des plus douloureux pour Gustav Mahler, la mort de sa fille aînée Maria âgée de quatre ans, l’obligation de quitter son poste de Directeur de l’Opéra de Vienne et le diagnostic de l’affection cardiaque qui devait l’emporter quatre ans plus tard.
Cette longue méditation sur la dureté de la condition humaine et la douleur de l’âme est poignante d’humanité. 
Jonas Kaufmann emmène le spectateur dans cette méditation : six poèmes pour se détacher de la superficialité de la vie et rejoindre l’éternité de la terre. La voix domine l’orchestre puis se fait velours jusqu’au murmure, dans une vérité proprement saisissante, cette vibration de l’âme où il est passé maître dans l’incarnation par la voix.

Concert Chœur Colonne

La Petite Messe Solennelle de Rossini

15 juin 2016 : Créé en 1982 et après une éclipse de deux années, le Chœur Colonne présente le premier concert de sa renaissance avec La Petite Messe Solennelle de Rossini, le 17 juin 2016.
Ce groupe vocal adossé à l’Orchestre du même nom fondé en 1873 par Edouard Colonne, avait été contraint de cesser ses activités en 2014.
Grâce à l’Association Les Amis du Chœur Colonne, le chœur a été recomposé en 2015, en toute indépendance. Des choristes de la première heure ont été rejoints par d’autres, tout aussi motivés de retrouver la qualité des concerts passés.
Ces passionnés de musique et de chant choral se sont retrouvés régulièrement toute une année pour préparer ce magnifique concert. Partager la musique avec exigence et passion, telle est la devise de ces chanteurs amateurs de haut niveau.
Le Chœur Colonne est dirigé par Lucien Rouiller qui en a repris la direction en 2015, à l’âge de 25 ans. Emmené par le dynamisme et la culture musicale de ce jeune chef, le Chœur Colonne donnera le meilleur de son engagement dans le cadre somptueux de l'église Saint-Etienne-du-Mont.
Les choristes seront entourés de solistes talentueux : Barbara Delagnes, soprano – Nathalie Labry, alto - André Abdelmassih, ténor - Marc Souchet, baryton-basse.

Jonas Kaufmann, Rocker wagnérien

Jonas Kaufmann, Walther von Stolzing
©Wilfried Hösl, Bayerische Staatsoper
Revue de presse
27 mai 2016 : Temps fort au Bayerische Staatsoper avec la nouvelle production des Maîtres Chanteurs de Nuremberg de Richard Wagner. Une merveille entre sourire et émotion.
De quoi faire battre les cœurs des mélomanes puisque c’était la première scénique de Jonas Kaufmann dans le rôle de Walther von Stolzing. Le ténor chante Walther comme personne ne l’a fait depuis longtemps, "qui peut chanter après lui aujourd'hui ?". 
Wolfgang Koch chante Hans Sachs magnifiquement, intelligemment. 
L’orchestre de Bavière sous la direction de Kirill Petrenko et les interprètes des rôles principaux ont soulevé un enthousiasme unanime. La nouvelle production de David Bösch situe l’intrigue dans une petite ville qui fût prospère dans le passé. Il renonce aux charmes de la campagne bavaroise et apporte de nombreuses touches d’humour rock’n’roll sans dénaturer le fil de l’intrigue. Sans surprise, cette vision décalée mais irrésistible a partagé le public le soir de la première. 
Le tirage au sort ne m’ayant pas été favorable, j’ai dû me "contenter" de la diffusion sur la Radio Bavaroise : plateau vocal de très haut niveau et ovation finale pleinement méritée. Histoire de ne pas trop regretter le voyage, on pourra voir ces Maîtres Chanteurs en live streaming sur Staatsoper.TV, le 31 juillet prochain.
Le lyrisme de la presse et de mes amis sur place illustre ce pur moment de bonheur musical. Revue de presse.

Jonas Kaufmann tout en poèmes

Wesendonck Lieder au Théâtre des Champs-Elysées


Jonas Kaufmann - TCE, 19 mai 2016
23 mai 2016 : Entre deux représentations des Maîtres Chanteurs de Nuremberg à Munich, Jonas Kaufmann est venu chanter les Wesendonck Lieder de Richard Wagner au Théâtre des Champs-Elysées, sous la baguette de Daniele Gatti avec l’Orchestre National de France.
Une parenthèse dans l’agenda du plus merveilleux interprètes actuels de Wagner. Jonas Kaufmann a cette capacité de dessiner l’univers de l’ouvrage tout en profondeur et sensibilité, dans l’instant. 
Le chanteur de lieder était à l’œuvre le 19 mai dernier dans le théâtre parisien. Et la salle retint son souffle, absorbée par la ligne vocale touchante, la douceur des mots et ce souffle subtilement filé.
Beauté de la langue allemande, beauté des poèmes des Wesendonck Lieder, on y trouve les thèmes chers au romantisme : l’amour, la nature, la souffrance qui amène l’homme au silence et à la mort.
Avec ces lieder, Wagner crée des airs d’une grande sensibilité que l’on retrouvera ensuite dans ses opéras, notamment Tristan et Isolde et La Walkyrie. Il en avait une très haute opinion: "Je n’ai jamais rien fait de mieux que ces lieder. Très rares sont mes autres œuvres qui peuvent souffrir la comparaison" (Lettre à Mathilde, 1858).


Plácido Domingo

Monstre sacré infatigable

Nabucco au Royal Opera HOuse de Londres 
en 2013 D.R.
22 mai 2016 : A 75 ans et une nouvelle tessiture de baryton, Plácido Domingo continue d’ajouter de nouveaux rôles à son impressionnant palmarès. Toujours en éveil à de nouveaux projets et de l’énergie à revendre, le pétillant septuagénaire poursuit une seconde carrière toute aussi trépidante que la première. 

Il est plus que jamais présent sur les scènes d’opéra. Jeune Alfredo amoureux de Traviata, il incarne désormais Germont Père, briseur de couple. On pourrait multiplier les exemples de ces prises de rôle. Bien sûr le souffle n’est plus aussi infini mais son instinct théâtral, son intelligence musicale et sa prestance légendaire forcent l’admiration. 
Tout à la fois chanteur, Chef d’Orchestre et Directeur de l’Opéra de Los Angeles, il cumule à ce jour 3800 représentations et 147 rôles. Il a même intégré le Guinness Book pour l’ampleur de son répertoire et les 101 rappels un soir d’Otello viennois. Il est aussi la bonne étoile des jeunes chanteurs au travers du concours Operalia qu’il a créé il y a plus de 20 ans.

Canto, Stage International pour chanteurs lyriques

Auditorium Saint-Pierre-des-Cuisines à Toulouse,
cadre de Canto Toulouse 2016 
Du 18 au 30 avril 2016 à Toulouse
17 avril 2016 : En matière d’art lyrique, une jolie voix ne suffit pas, il faut apprendre le métier, la scène, le théâtre, les langues, l’endurance et la gestion du stress. Avant d’apparaître en costume de scène, la préparation des chanteurs est longue et fastidieuse. Il faut être correctement armés pour être à la hauteur des exigences de l’écriture lyrique des grands compositeurs. Leur choix de vie les mène sur un parcours de sportif pour se révéler en timbre, trouver son souffle d’athlète et sa palette sonore. Pour aider les chanteurs à se former au plus haut niveau, Canto organise des rencontres avec des professionnels venant de grandes institutions lyriques, chef d’orchestre, chanteur, metteur en scène, coach vocal et linguistique. 
Provenant de 11 pays différents - dont Brésil, Canada, USA, Hong Kong et Suède – ces jeunes artistes viennent en stage pour établir des contacts déterminants pour leur carrière. Professeurs et artistes de renom (*) se mobilisent pour transmettre leur expérience de la scène internationale.
Un programme de deux semaines d’apprentissage pour enrichir la technique : master class, coaching individuel ou en groupes pour approfondir la diction, le style - récitatif, bel canto et vérisme -, préparation aux auditions et jeu scénique. Le concert final de la brillante relève internationale se déroulera dans le cadre somptueux de l’Auditorium Saint-Pierre-des-Cuisines, le 30 avril prochain.

Saison 2016-17 au Royal Opera House

Exciting season with great casts

14 avril 2016 : Covent Garden mettra en scène les grands débuts d’Anna Netrebko en Norma et de Jonas Kaufmann en Otello
Le Royal Opera House vient de dévoiler sa saison 2016-17 comportant sept nouvelles productions: Norma de Bellini, Cosi fan tutte de Mozart, Le Nez de Chostakovitch, le Chevalier à la Rose de Richard Strauss, Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg de Wagner, l’Ange exterminateur de Thomas Adès et Otello de Verdi.
Antonio Pappano ne veut aller dans aucun autre opéra et renouvelle son contrat jusqu’en 2020, un record de 18 années comme Directeur musical, alors que cette saison sera la dernière du Directeur artistique Kasper Holten.

Anna Netrebko fera ses débuts dans Norma avec Joseph Calleja à ses côtés. Pour son premier Otello, Jonas Kaufmann sera victime des machinations de Ludovic Tézier-Iago avant de serrer le cou de Desdémone-Maria Agresta. Bryn Terfel chantera Hans Sachs dans une nouvelle production des Maîtres Chanteurs. 
Le ROH poursuit ses efforts pour atteindre le public au-delà de Covent Garden, avec six opéras diffusés en direct en salles de cinéma dont 3 nouvelles productions et du lourd !
Et une nouvelle expérience 2.0 interactive pour vivre une répétition de Guillaume Tell au côté du Maestro Pappano dans la fosse.

Werther de Massenet au TCE

Le grand soir d'une nouveau Werther


10 avril 2016 : Magnifique Werther qui a ému et enflammé le public du Théâtre des Champs-Elysées.
C’est au public parisien que Juan Diego Flórez et Joyce DiDonato ont réservé leurs prises de rôle dans Werther, l’une des partitions les plus poignantes du répertoire.
Soirée merveilleuse de (re)découverte de deux illustres interprètes embrassant un nouveau territoire avec leurs talents respectifs. Une version de concert, sans le masque d’une production ni l’apparat d’un costume, à nu et dans l’insolente beauté de leurs voix.
Aussi prêts qu’on pouvait l’être, ils pouvaient se permettre de se livrer à une audience attentive, voire circonspecte, de s’oublier, ensemble.
Je l’avoue, ils n’ont pas eu à me convaincre. Inconditionnelle, j’étais impatiente d’entendre cette musique de l’âme de Massenet ainsi livrée à deux interprètes en parfaite communion d’intention. Celle de chanter les opéras de leur maturité vocale, de se confronter à un autre répertoire. Plaisir intense !

Théâtre des Champs-Elysées en 2016-17

Paris fait de la consistance

5 avril 2016 : Encore une année avec les plus belles voix du monde réunies avenue Montaigne. Une saison sous le signe de la diversité mêlant les genres, les répertoires et les générations d’artistes. Dans un paysage musical parisien en mouvement, "l’histoire du lieu perdure" précise Michel Franck, son Directeur musical reconduit dans ses fonctions jusqu’en 2020. 
La saison est d’une grande richesse sans que les prix s’envolent ! Mieux, ils restent inchangés, à l’exception de Norma dont les décors élimineront de nombreux fauteuils de la vente. Contrainte technique oblige.
Une saison 2015-16 tout en muscles pour le Théâtre des Champs-Elysées, avec 5 opéras en version scénique, 20 opéras en version de concert et de nombreux temps forts tout au long de la vingtaine de récitals de chant. Et des baguettes prestigieuses: Daniel Barenboim, Kirill Petrenko, Yannick Nézet-Séguin, Andris Nelsons, Christian Thielemann, Esa-Pekka Salonen, Daniel Hardig,...